Compostage à domicile : du déchet à l’engrais naturel

Bienvenue dans le défi un geste ecocitoyen par semaine : cap ou par cap ?

Le compostage, c’est génial, moins de déchet et un sol plus riche… à priori, je ne peux qu’adhérer !
Et bien pour tout vous dire, j’ai d’abord été sceptique : à quoi bon puisque je n’ai pas de jardin ? Est-ce bien utile pour 4 arbustes et un petit potager de citadin ? Et puis, qu’est-ce que c’est que cette histoire de vers de terre ? Ça va infester ma terrasse… le chat va les ramener dans l’appartement… Et l’odeur, ça doit puer ce truc là ?!
Le seul moyen de répondre à toutes ces questions était de tester. Après tout, qu’est-ce que je risque en cas d’échec ? juste de devoir trouver une autre façon de recycler mes déchets !


Etape 1 : choix du composteur

Compostage en tas ou compostage en bac, l’avantage quand on n’a pas de jardin est que la question ne se pose pas ! J’opte donc pour un bac à compost mais comment choisir ?
Premier constat, les composteurs vendus en jardinerie ou magasin de bricolage ont généralement un volume de 300/400 litres, bien trop encombrant pour ma terrasse ! D’un autre côté, à quoi servirait un composteur de 10 litres, rempli en quelques jours ? On en trouve sur internet mais, à moins d’un coup de cœur décoratif, c’est à mon avis un achat inutile quand une caisse un peu bricolée peut faire l’affaire.
C’est ce que j’apprends en cherchant LE bac à compost fait pour moi !

Et le voilà : un bac noir de 65 litres, en plastique, étanche et robuste, résistant au gelavouez qu’il a fière allure !

compostage : bac à compost

Je le choisis noir pour qu’il garde la chaleur, le compostage ayant besoin de soleil, mais également d’oxygène. Pour qu’il devienne composteur, il faut donc le percer de quelques trous afin d’aérer le milieu, sans quoi l’écosystème mourra avant même que les bactéries et micro-organismes ne puissent opérer. Je fais 6 trous sur chaque face et quelques trous supplémentaires au bas du bac.
Le volume est idéal pour une terrasse et si j’obtiens trop de compost (et oui, je finis par y croire à mon projet…), j’en donnerai aux amis.

compostage : construction du bac à compostLe bricolage et l’installation prennent donc moins d’une heure et nous voilà prêts à composter !
Coût de l’opération : 20 euros.

Remarque : certaines communes, en collaboration avec des associations, mettent des composteurs à disposition des habitants, se renseigner auprès de la mairie. C’est ainsi que je récupèrerai plus tard auprès de mes amis un composteur beaucoup plus grand… mais ceci est une autre histoire que je vous raconte un peu plus bas.

Et les vers de terre dans tout ça ?
Les vers de terre sont en fait inutiles si le composteur est à l’extérieur. Les micro-organismes chargés de transformer les déchets en compost (bactéries, champignons, acariens…) proviennent alors du sol, de l’air ou des déchets eux-mêmes.
Le lombricomposteur permet néanmoins une décomposition plus rapide (2 à 3 fois), un compost de meilleure qualité, et moins de surveillance. Le compostage sans ver est donc plus exigeant : il faut notamment retourner les déchets et contrôler l’humidité fréquemment.


Etape 2 : choix des déchets à recycler

Tous les déchets biodégradables sont compostables, mais certains d’entre eux nécessitent une attention particulière. Voici un petit résumé pour écocitoyen débutant.

Déchets facilement compostables
Déchets de cuisine : épluchures, fanes, fruits et légumes abimés, restes des repas, coquilles pilées d’œufs et fruits secs, marc de café, sachets de thé, filtres en papier, pain rassis, laitages, croûtes de fromages.
Déchets de jardin : feuilles, fleurs fanées, plantes, brindilles, mauvaises herbes, litière végétale.
Déchets de maison : mouchoirs en papier, essuie-tout, cendres de bois refroidies, sciures et copeaux, cheveux, papier journal, cartons.

compostage : bac à compost et déchets

Déchets difficilement compostables
Déchets très durs (os, branches, coquilles…) : à broyer au préalable,
Graines de plantes : peuvent germer lors du compostage,
Viande et poisson : à mettre au centre du compost, à l’abri des animaux,
Carton coloré.

Déchets à ne pas composter
Plastique et tissus synthétiques,
Verre et métaux,
Poussière et sacs d’aspirateur,
Excréments d’animaux,
Bois de menuiserie traités ou vernis,
Produit chimique, huile de vidange.


Etape 3 : aérer, alterner, surveiller, patienter

AÉRER
Pour que l’air circule et que les micro-organismes soient oxygénés, il faut mélanger régulièrement les déchets. Un manque d’aération engendre mauvaises odeurs et ralentissement de la décomposition.
Remarque : afin de permettre une meilleure aération en début de processus, j’ai tapissé le fond du bac de petites branches de sapin.

ALTERNER
Les déchets, dans un composteur, deviennent complémentaires : il faut varier entre déchets carbonés (bois, feuille) et azotés (déchets de cuisine), déchets secs et humides, déchets gros et fins. Certains se décomposent lentement et assurent une structure lâche et aérée au compost, d’autres se dégradent rapidement et apportent eau et nourriture aux micro-organismes.

SURVEILLER

L’apport de déchets frais est une bonne occasion d’examiner le compost en devenir. Une observation attentive permettra de déceler un excès ou un déficit d’humidité, des zones mal décomposées, des odeurs… Le compost doit être humide (comme une éponge pressée) mais sans excès.

« Bien surveiller son compost est le secret de la réussite »

PATIENTER
Et bien oui, je crois qu’il n’y a plus qu’à attendre… en surveillant le compostage et en respectant les règles précitées.
Résultat final attendu dans 4 à 6 mois !


La vie du compost, photos et conseils

J + 3compostage : bac à compost J3

Conseil n°1 : utiliser un petit contenant intermédiaire pour stocker les déchets compostables de la journée afin de ne pas devoir aller au bac à chaque déchet (surtout l’hiver). Ce conseil a un autre avantage écocitoyen : il permet d’identifier le volume de déchets compostables générés chaque jour et d’essayer de le réduire.

J+10 : les limaces sont arrivées…
compostage jour 10
compostage et limaces

Conseil n°2 : surveiller les habitants du compost régulièrement. Si les limaces, comme les escargots, contribuent au processus de transformation, elles ont une fâcheuse tendance à se multiplier. Si elles deviennent trop nombreuses, il faut les éliminer.
Pour les éliminer, j’ai testé la bière (voir photo J+15) : les limaces sont sensées s’en gaver, grossir et couler, mais les miennes n’y ont jamais vraiment prêté attention, si bien que je devais moi-même les jeter dans la piscine à bière et les noyer ! J’ai fini par les ébouillanter, méthode apparemment plus efficace !

Conseil n°3 : ne pas commencer le compost en hiver car la chute des températures ralentit l’activité microbiologique  et l’humidité devient difficile à équilibrer. Trop tard pour moi qui ai mis mon compostage en route le 1er Janvier ! Il devrait néanmoins prendre mais plus lentement…

J + 15 : à la vôtre, les limaces !

compostage biere

compostage biere limace

J + 1 mois : le processus se met en marche

J’ai réussi à me débarrasser des limaces en les ébouillantant ! Certaines bêtes tel que vers de terres et petites araignées en ont profité pour squatter et participent au bon déroulement du processus de compostage. Pas de mauvaise odeur.

compost 1 mois

J + 3 mois : compost prêt à l’emploi

Après 3 mois de maturation, les déchets se transforment finalement en compost.
Celui-ci ressemble à de la terre et je peux l’introduire dans ma jardinière tout simplement. Petit bémol pour ce premier essai tout de même, l’odeur désagréable du compost après 3 mois. Celle-ci serait due à un manque d’aération ou un excès de matières azotées.
Je ferai mieux la prochaine fois mais le compostage est adopté !


Nouvel appartement, nouveau composteur !!

Suite à un déménagement, nous avons la chance d’avoir une belle et grande terrasse… avec un emplacement idéal pour un plus gros composteur ! C’est un modèle de jardin, distribué par la ville de Metz, que nous avons récupéré auprès d’amis pour le faire venir jusque dans nos montagnes 😉
Espérons qu’il nous donnera satisfaction !

compost geste ecocitoyen terrasse

Pour aller plus loin, il existe de nombreux guides à télécharger, rédigés au niveau national (ADEME) ou local (exemple : guide pratique de la Métropole de Lyon).

Commentez via Facebook

messages

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

CommentLuv badge