Haute Route Chamonix-Zermatt comme si vous y étiez !

Article écrit par Pierre, skieur et randonneur accro à la poudreuse.

Haute Route Chamonix-Zermatt : Avril 2013

L’hiver 2013 s’en était allé, et bien qu’il fût riche en neige, le sentiment que les skis n’étaient pas sortis assez souvent persistait… Alors pour rattraper ce laisser-aller, le mieux était de conclure la saison par quelque chose de plus engagé et ainsi ne garder que les meilleurs souvenirs de cet hiver.
Avril : à l’heure ou les magazines proposent les régimes les plus efficaces et autres comparatifs du maillot idéal avec lequel faire le kéké sur les plages cet été, une virée en ski de rando est encore possible !

Pour s’assurer que les limites physiques sont bien là où on s’y attend, le choix s’est porté sur la Haute Route Chamonix-Zermatt : 5 jours du Mont-Blanc au Cervin par l’itinéraire le plus classique passant par Mont Fort et les Dix. Certes, en cette période quasi-printanière l’itinéraire risque de ressembler à l’autoroute A6 un samedi du mois d’août mais qu’importe, la majesté des paysages reprendra toujours le dessus.
Nous voilà donc au départ de Chamonix ce 21 avril avec les sacs remplis de bouffe et de matos. La mise en jambe commence par la montée aux Grands Montets via les remontées mécaniques de Lognan puis, après une courte descente, l’ascension vers le refuge d’Argentière. La chance est avec nous puisque la météo s’annonce idéale pour les jours qui viennent.Refuge-Argentiere

col- du-passonLa longue étape du lendemain nous conduira cette fois au col du Passon, col du Tour noir puis col des Ecandies en traversant le plateau du Trient. L’ordre qui règne au chalet-refuge du Val d’Arpette nous rappelle que nous sommes en Suisse. Interdiction d’utiliser le sèche-main des sanitaires pour sécher autre chose que ses mains sous peine d’amende ! Néanmoins, après 11h non-stop passées sur les skis, les douches chaudes sont d’un réconfort certain ; dans de telles circonstances, l’authenticité que l’on est venu chercher est vite mise de côté…

A partir du Val d’Arpette, il existe 2 itinéraires permettant d’atteindre Zermatt en 4 ou 5 jours.
Le premier consiste à rejoindre Mont Fort puis les cabanes de Prafleuri et des Dix depuis la station de Verbier. Le second, un peu plus au sud vous mènera aux cabanes de Valsorey puis Chanrion depuis Bourg saint Pierre, dernier village avant le col du Grand Saint Bernard et la frontière avec l’Italie. Dans les 2 cas, que les puristes se consolent : ce transfert par la route d’un quinzaine de kilomètres permet de s’affranchir d’un risque non négligeable de ne pas rejoindre Zermatt. En effet, l’itinéraire 100% ski qui passe par le col du Grand Saint Bernard (et son Hospice) rallonge la route de 3 à 4 étapes. La nécessité d’avoir des conditions nivo-météo favorables durant 9 jours consécutifs rend alors la réalisation complète de la Haute-Route plus aléatoire…

Les 1800m de dénivelé pour monter à Rosa Blanche (3336m) depuis Verbier ne posent pas de difficultés et sont même une simple formalité pour certains membres de l’équipe, les remontées mécaniques ayant fait une partie du taf. Au sommet, l’horizon s’étale sur 360° avec pour la première fois la vue sur le Cervin (Matterhorn en langue locale) qui se rapproche lentement mais sûrement. De par son exposition, le début de la descente vers la cabane de Prafleuri se fera dans une neige digne d’un mois de janvier mais en T-shirt ! Attention Messieurs les freerideurs, chute interdite !
cabane-prafleuri

lac-des-dixLe lendemain, une grande partie de l’étape consiste à longer le lac des Dix, lac artificiel servant de retenue d’eau au barrage de la Grande Dixence dont la construction s’est achevée en 1964. Le lac des Dix fait partie des 160 lacs d’accumulation du pays permettant à l’énergie hydraulique de couvrir presque 60% de la production d’électricité (en France, on est à 8%…). Après le passage raide du Pas du Chat où les crampons peuvent s’avérer utiles, on atteint rapidement la cabane des Dix.

La suite est évidente et le début de l’itinéraire du lendemain peut s’observer en buvant des bières depuis la terrasse plein sud de la cabane. La montée jusqu’au Pigne d’Arolla à 3373m se fera lentement mais sûrement. Au sommet, on trouve de tout : un jeune couple en pleine scène de ménage, sans doute énervé par la fatigue, et une sympathique équipe de super-mamies locales à l’accent bien d’ici et dont le chocolat suisse semble être le carburant principal. Du sommet, la cabane des Vignettes toute proche est bien visible. Alors on profite un peu de ces instants là. Pas de nuage, pas de vent, un soleil qui réchauffe : parole de vieux guides, ces conditions sont exceptionnelles !
pigne-d-Arolla
Durant la nuit, le ciel s’est chargé. Le départ au petit matin de la cabane des Vignettes se fera avec les lampes frontales dans le brouillard et la neige. Cette perturbation aura raison de la fin du parcours, rendant trop risquée la descente sur le Glacier de Tsa de Tsan au delà du col du Mont Brûlé. C’est ainsi que nous rejoindrons directement le village d’Arolla par le glacier du même nom d’où un taxi nous reconduira jusqu’à Argentière.

Ainsi s’est achevée cette Haute-Route. La descente de 2000m de dénivelé vers Zermatt n’aura pas lieu cette fois-ci… cela donne une raison supplémentaire de revenir.
Cette aventure te tente ? N’attends plus, ivresse garantie !

Haute Route Chamonix-Zermatt : jour après jour

L’itinéraire décrit est représenté sur la carte 1/25000ème.
Pour visualiser l’itinéraire :
click droit sur la souris, enregistrez l’image sur votre ordinateur et zoomez pour apercevoir la trace !

itineraire-chamonix-zermatt

Jour 1 : Dénivelé 300m
Montée au refuge d’Argentière (2772 m) par le téléphérique des Grands Montets.

Jour 2 : Dénivelé : 1200m
Col du Chardonnet (3321 m), fenêtre de Saleina (3261 m) ou col du Passon (3028m) et col supérieur du Tour (3288 m), traversée du plateau de Trient, col des Ecandies (2793 m).
Descente du val d’Arpette, nuit à Champex.

Jour 3 : Dénivelé 1000m
Transfert en taxi jusqu’au Châble et passage vers la cabane de Montfort (2457 m) avec les remontées mécaniques de Verbier, Rosa Blanche (3336 m).
Descente vers le refuge de Prafleuri.

Jour 4 : Dénivelé 500 à 1100 m
Descente au lac des Dix. Pas du Chat (2386 m) et remontée au refuge des Dix (2928 m). Montée éventuelle à la Luette (3548 m) dans l’après-midi.

Jour 5 : Dénivelé 1000m
Depuis la cabane des Dix, montée au Pigne d’Arolla (3773 m) par le passage de la serpentine, cabane des Vignettes (3158 m).

Jour 6 : Dénivelé 1000m
Col de l’Evêque (3392 m), col du Mont Brûlé (3213 m), col de Valpelline (3568 m), et descente jusqu’à Zermatt.
Retour à Chamonix

Commentez via Facebook

messages

A propos de l'auteur  ⁄ celine

Auteur et rédactrice du blog de voyages nature Globetrekkeuse, je parcours les sentiers du monde et partage mon expérience avec tous les amoureux de nature. Rejoignez-moi sur mon profil Facebook

1 commentaire

  • Répondre
    Raf
    31 mars 2014

    Salut, bel article, je reconnais plusieurs paysages familiers que j’ai vu il y a quelques années en faisant le tour du Mont Blanc (en coupant pas le téléphérique de l’Aiguille du midi). Une expérience superbe que je recommande. La deuxième photo de cet article fait fort penser au refuge du requin dans la vallée blanche. Ce serait sympa de pouvoir agrandir vos photos pour mieux en profiter. N’hésitez pas à jeter un oeil sur mon lien, j’ai rédigé un article sur la descente de la Vallée Blanche à ski/snow. bonne continuation.
    Raf Articles récents…Par : Raf.OMy Profile

Laisser un commentaire

CommentLuv badge