NORD VIETNAM : du Fansipan à la Baie d’Halong

Je rentre, conquise, d’un voyage dans le Nord Vietnam. Comment ne pas l’être me demanderont certainement ceux qui ont déjà visité la région ou qui en ont vu des images ! Ce n’était pourtant pas gagné d’avance…
Le Vietnam est en effet un pays que j’ai déjà eu l’occasion de visiter en 2005 et je n’en avais pas gardé un souvenir exceptionnel. Mon cœur s’est depuis épris des paysages d’Amérique du Sud et à part les hauts plateaux du Tibet et du Ladakh, j’avais peu à peu oublié mon émerveillement devant certains paysages de Chine, d’Indonésie ou encore de Malaisie… bref, j’avais délaissé l’Asie… oublié la Baie d’Halong… et tant mieux ! Cela m’aura permis d’avoir de nouveau un vrai coup de cœur pour l’Asie, dans le Nord Vietnam.
10 ans ont fait la différence, c’est avec un nouveau regard que j’aborde ce pays, celui désormais d’un voyageur au long cours, plus ouvert aux échanges et à la découverte des cultures, plus sensible à nos différences qui m’enrichissent à chaque voyage, plus touchée également par le sort des femmes et par les sourires des enfants (moi-même maman désormais…).

La beauté des paysages, la bienveillance et la diversité des peuples vietnamiens, la vie joyeuse dans les rizières au moment de la récolte, la bravoure de certaines ethnies, la saveur des repas, le dépaysement assuré à Hanoï…voici les éléments essentiels qui ont fait de ce séjour un moment de vie inoubliable.

Retour sur 4 vraies raisons de partir dans le Nord Vietnam (saison idéale : Octobre à Mars)…

Nord Vietnam : du toit de l’Indochine à la Baie d’Halong

Traversant le pays sur une distance de 100 km, le légendaire fleuve Rouge (Hong River) prend sa source en Himalaya, longe le plus haut sommet de l’Indochine (Fansipan, 3143m) dans le Nord Vietnam et s’écoule jusque Hanoï, « la ville au-delà du fleuve », avant de se jeter dans le golfe du Tonkin et la Mer d’Orient (au Vietnam, on évite de l’appeler Mer de Chine!).
En suivant le fleuve rouge, du Fansipan (3143m) à la Baie d’Halong, le voyageur traverse des paysages variés et uniques au monde.
Sur ces berges et au-delà, les habitants des montagnes et des plaines restent attachés à leurs traditions. Ils ont appris à maîtriser l’irrigation et la culture du riz humide. Les rizières y sont omniprésentes et c’est l’une des attractions du Nord Vietnam, aussi bien pour l’authenticité de cette culture que pour les paysages exceptionnels qu’elle engendre.
En plaine (régions d’Hanoï et de  Mai Chau), les paysans effectuent 3 récoltes par an alors qu’en montagne (régions de Mù Cang Chai et de Sapa), une seule récolte est possible, les paysans ne disposant pas de moyen pour remonter l’eau après la saison des pluies. Tout l’art de ces paysans de montagne résident dans la construction des rizières en terrasses, si belles à nos yeux, mais également si savamment pensées. En certains endroits, on peut voir jusque 2000 terrasses, de toute taille, suspendues sur les pentes entre la vallée et la limite inférieure de la forêt, savant équilibre permettant de garder l’eau au sol pour une durée qui convient idéalement à la culture du riz, avant qu’elle ne s’écoule vers la parcelle suivante.
Le riz cultivé est l’indica, ou riz au long grain parfumé, au cycle végétatif lent. Leur culture alterne avec celle des variétés hâtives de 100 jours. Le Vietnam est actuellement le 2ème pays exportateur mondial de riz.
Un signe qui ne trompe pas : pour dire manger, les vietnamiens disent manger du riz : « an com ».

[slideshow_deploy id=’4500′]

.

La ville de Sapa (1500m), à l’extrême Nord du pays, est le point de rencontre des trekkeurs. Les monts Hoang Lien, surnommés Alpes tonkinoises, entourent Sapa et lorsque les nuages s’écartent, il est possible de voir le Fansipan (3143m). Je n’aurai pas eu cette chance et mon plus grand regret de ce voyage est de ne pas avoir pu tenter l’ascension ! Des treks de 2 à 3 jours sont en effet possibles depuis Sapa  pour atteindre le sommet (meilleure saison de mi-octobre à mi-décembre).

Contraste des paysages, après être descendu des monts et avoir sillonné les plaines, le fleuve se jette dans le golfe du Tonkin, non loin de la Baie d’Along. Considérée comme l’un des plus beaux sites naturels au monde, la Baie d’Halong est constituée d’un ensemble de pitons et rochers aux formes étranges. 2000 ilots émergeant d’une mer émeraude font de ce lieu un endroit unique, classé depuis 1994 au patrimoine mondial de l’Unesco. La nuit passé au milieu de ce paysage féérique restera à jamais gravé dans mon cœur.

Nord Vietnam Baie Along

Nord Vietnam : 54 ethnies et moi, et moi, et moi…

Une autre richesse du Nord Vietnam est sa diversité de peuples. La population vietnamienne est en effet composée de Viêt (86 %) et de 53 ethnies minoritaires, principalement représentées dans les montagnes du Nord. Parmi ces ethnies, quatre comptent plus d’un million de représentants (Tày, Thaï, Muong, Khmer), treize comptent de 100 000 à 900 000 représentants et 36 en comptent moins de 100.
Les Thais, dont l’implantation serait la plus ancienne, occupent les fonds des hautes vallées et pratiquent la riziculture. Ils se divisent en Thais blancs et Thais noirs, en Tày et en Nung. Plus haut, entre 300 et 800m d’altitude, vivent les Dao, puis entre 900 et 1800m les Hmong.., tous venus de Chine, mais à des périodes de plus en plus tardives.
Les Hmong noirs, habillés de tenues indigo, côtoient les Hmong bariolés portant des jupes et des tuniques brodées, ainsi que les Yao aux spectaculaires turbans rouges et aux bijoux en argent. De la vallée de Maï Chau jusqu’à Diên Biên Phu, les Muong sont les voisins des Thai et des Lu… (je vous ai perdu, là ?).
Les marchés rassemblent ainsi de nombreuses ethnies minoritaires dont les costumes et les bijoux éclaboussent de couleurs un paysage de rizières étagées déjà sublime.

Les Thais et les Muongs, qui constituent les deux plus importants groupes de population montagnarde, nous ont toujours très bien accueilli et beaucoup de sourires d’enfants, de femmes et d’hommes m’ont accompagné tout au long du chemin.

[slideshow_deploy id=’4532′]

et encore plus de photos sur Voyagista !

Nord Vietnam : étonnante et séduisante Hanoï

HANOÏ : ville captive des eaux, 2 syllabes pour résumer la légende d’une cité que les poètes n’ont cessé de louer. La ville est encore aujourd’hui parsemée de nombreux lacs même si beaucoup ont été engloutis par l’urbanisation. Le lac le plus emblématique d’Hanoï, poumon de la ville et refuge des Hanoïens est le lac Hoàn Kiêm (lac de l’épée restituée). Situé au centre de la ville, il accueille dès l’aube gymnastes et autres adeptes de la lenteur qui s’y retrouvent pour bavarder, jouer, boire un café ou manger un beignet.
Le souvenir que je garde d’Hanoï est celui d’une ville à plusieurs visages. Parfois bruyante et surpeuplée, parfois pleine de zénitude. Les rues étroites du centre ville sont remplies de scooters, moyen de transport de prédilection des vietnamiens, habiles chauffeurs zigzagant entre les passants distraits chassés des trottoirs par les vendeurs en tout genre et les vélos désormais désuets. La vie se passe dans la rue, de l’aube au crépuscule, on y déjeune, on y fait commerce, on y joue, on y élève les enfants… Le touriste est instantanément dépaysé, prisonnier de ce brouhaha et pourtant bienheureux de se faire surprendre à chaque coin de rue, et finalement de s’y perdre…
En s’écartant du centre-ville, on découvre un autre visage d’Hanoï plus calme et plus attaché aux traditions. De nombreux temples offrent une parenthèse apaisante. Quel ne fut pas mon étonnement devant la « Pagode des Ambassadeurs » en observant les moines sortir leur filet et raquettes pour entamer une partie de badminton devant l’autel recueillant l’encens ! Apaisant également : le temple de la Littérature et le temple Ngoc Son.
Plus spacieux et même caricatural , le mausolée d’Hô Chi Minh se dresse au nord de la ville. C’est un immense monument en marbre dans lequel repose la dépouille de l’oncle Hô. La file d’attente peut parfois s’étendre sur plusieurs centaines de mètres avant l’entrée mais je n’en ferai pas l’expérience : le jour de mon arrivée, le corps embaumé partait en Russie pour sa cure de jouvence annuelle !

Hanoï, ce sont aussi des restaurants et des hôtels de tout niveau, des vendeurs ambulants de toute sorte, un train qui passe entre les immeubles, des joueurs de badminton un peu partout, des poteaux électriques surchargés, des magasins North Face (made in Vietnam), des spectacles de marionnettes sur l’eau, un marché de nuit très vivant, …

[slideshow_deploy id=’4428′]

Nord Vietnam : à vos baguettes !

Pas de doute, la nourriture vietnamienne est l’une des meilleures et des plus saines au monde. Elle mériterait un article qui lui soit entièrement dédié (…qui sait?). Les plats sont variés et les mélanges de textures et de saveurs incomparables.
Pour faire local, il faut commencer la journée par un bol de nouilles au petit-déjeuner. Les 2 autres repas sont souvent partagés entre collègues, entre amis ou en famille. Les plats ne sont pas servis individuellement et chaque convive, muni de sa paire de baguettes, se sert dans un plat commun. Le repas est ainsi un moment particulièrement convivial, mais mieux vaut maîtriser ses baguettes pour ne pas repartir l’estomac vide !
La cuisine du Nord Vietnam utilise principalement des légumes, du poisson et des fruits de mer. Le riz reste l’ingrédient indispensable présent à tous les repas. Les soupes ont également une place importante, tel que le phó, soupe traditionnelle vietnamienne. Les nems y sont définitivement les meilleurs du monde. Côté dessert, les fruits (banane, pastèque, ramboutan, fruit du dragon…) peuvent parfois laisser place aux beignets.
Pour encore davantage de dépaysement dans votre assiette, les vietnamiens sont également amateur de vers à soie grillés (pas terrible) ou même de chien (spécialité du Nord Vietnam) !

Nord vietnam - Pho

Nord Vietnam - nems

Nord Vietnam - vers à soie
———————————————————————————————————————————————————–
UN GRAND MERCI !
Ce voyage a été organisé par Asiatica Travel, agence locale basée à Hanoï, spécialisée dans la création de voyages sur mesures et individuels. A consulter sans hésiter pour l’organisation de vos séjours au VietNam !
Au-delà de la compétence des conseillers et des guides et de leur capacité à vous faire voyager en dehors des routes touristiques classiques, il faut saluer la gentillesse de tous les membres de l’équipe ainsi que leur bonne humeur contagieuse.
Merci à tous, et tout particulièrement à nos conseillères Hoa, Nhung, et notre top guide Bach… c’est certain, je reviendrai très vite dire « Bonjour Vietnam » (écouter) !
Page FB de Asiatica Voyage https://www.facebook.com/AsiaticaVoyage
Email : info.fr@asiatica.com
                                                                 —
Nord Vietnam - Asiatica Travel

Asiatica travel - Along——————————————————————————————————————–

Commentez via Facebook

messages

A propos de l'auteur  ⁄ celine

Auteur et rédactrice du blog de voyages nature Globetrekkeuse, je parcours les sentiers du monde et partage mon expérience avec tous les amoureux de nature. Rejoignez-moi sur mon profil Facebook

1 commentaire

  • Répondre
    7 septembre 2016

    J’ai envie de vous dire un grand merci pour votre billet que j’adore et qui me donne encore plus envie d’aller au Vietnam !!! Je compte partir prochainement en Mars 2017 pour aller découvrir cette culture et explorer de nouveaux paysages. J’ai hâte de me rendre à la baie d’Halong et de découvrir le Nord du Vietnam !!! Merci d’avoir suscité ma curiosité et pour ce partage. Au plaisir

Laisser un commentaire

CommentLuv badge