Randonnée raquettes et nuit en refuge (secret spot)

Certains endroits nous enchantent à tel point que nous aimerions les garder secrets… rien que pour nous ! C’est le cas du lieu et de l’itinéraire de randonnée raquettes que je m’apprête à vous décrire… et pour une fois, je ne vous donnerai pas le topo détaillé du parcours mais simplement mes impressions, photos ainsi que (plus bas dans l’article) quelques conseils pour que vous puissiez à votre tour vivre une aventure similaire, seul au milieu de paysages enneigés pendant 24 heures.
Bien-sûr, certains reconnaitront les lieux !
Alors, si vous décidez de suivre mes traces, profitez-en bien mais s’il vous plait, préservez un peu, à votre tour, le secret…

Mon petit coin de paradis hivernal

J’ai, depuis quelques hivers déjà, déserté les pistes de ski pour profiter davantage des paysages enneigés sauvages et isolés, loin des foules et des remontées mécaniques bruyantes. Rien n’est plus apaisant que de marcher dans des endroits préservés, où la neige est intacte et où les animaux osent encore sortir et se laisser surprendre par le randonneur esseulé et curieux.

randonnée raquettes-parc-vanoiseCe plaisir est accessible à tous ou presque. Il n’est pas nécessaire d’être un grand sportif pour s’aventurer 2 jours en montagne grâce à la randonnée raquettes. Néanmoins l’hiver, mieux vaut bien connaître le milieu et y aller avec prudence (pré-requis et préparatifs : voir plus bas).

Mon coin de paradis se situe aux portes d’un parc naturel et reste donc préservé malgré les stations de sports d’hiver pas très éloignées.
Départ vers 10h sur un sentier bien tracé mais non indiqué l’hiver. La montée est assez raide dans la forêt durant la première heure mais permet de vite prendre de l’altitude et de profiter des paysages de montagnes enneigées et des lacs gelés en contrebas. Le beau temps est au rendez-vous, après 200 mètres de montée, il fait déjà très chaud !

randonnee-raquettes-soleilAprès 2h30 de marche et de pause, nous arrivons dans un vallon immaculé, tout droit sorti d’une carte postale, où coule simplement une rivière… impossible de trouver plus paisible ! Deux chalets désertés  veillent sur les lieux et nous permettent une pause pique-nique à l’abri du vent.
Cet itinéraire se fait en 1h30 l’été mais c’est sans compter les pas un peu plus lents en randonnée raquettes ainsi que les pauses miam-miam, photos ou juste « parce que c’est trop beau ».
Encore 1 heure de marche et nous arrivons à notre refuge qui, sous le soleil, nous apparait bien chaleureux… reste à trouver l’entrée !

« La porte est ouverte » , nous avait prévenu le gardien, mais quelle porte ?
Il y a en fait 3 chalets et donc 5 ou 6 accès différents, tous ensevelis sous 1m50 de neige !
Il n’y a plus qu’à pelleter…

Heureusement, soleil et bonne humeur sont au rendez-vous. La 3ème porte sera la bonne : un petit chalet douillet s’ouvre miraculeusement à nous et ouf, il y a bien un poêle et du bois pour se réchauffer durant la nuit.

randonnee raquettes-refuges

randonnee raquettes-refuge

Idéalement placé, le chalet bénéficie du soleil jusque 17h et nous pouvons profiter pleinement des lieux.
Le temps passe finalement très vite car il faut préparer le bois, le scier pour que les morceaux rentrent dans le poêle, veiller sur le feu, définir le lieu d’approvisionnement en neige (fondue, elle deviendra notre eau de boisson et de cuisson), les endroits qui peuvent servir de toilette (évidemment bien éloignés du précédent), préparer notre coin dîner et notre coin dodo avant de devoir nous éclairer à la bougie, marquer notre territoire avec un gros bonhomme de neige sensé faire fuir tout animal sauvage ou indésirable…
Nous sommes prêts à passer une nuit au milieu des montagnes enneigées, sous les étoiles, mais avec un abri chaud et douillet rien que pour nous.
Silence presque totale durant la nuit, nous n’entendons que le vent et les craquements du chalet. La pleine lune éclaire le paysage et les lampes frontales serviront finalement très peu.
Le feu finit par s’éteindre en même temps que nous…

randonnee raquettes bonhommerandonnee raquettes pleine-lune

 

Le soleil se lève vers 8h, et le premier réveillé rallume le feu !

Nous ne prévoyons pas d’ascension ce matin pour profiter davantage de notre solitude dans cet abri de fortune décidément très attachant. Il faut dire que nettoyer les lieux prend un peu de temps et nous voulons ne laisser que le minimum de trace possible de notre passage.
Pour faire la vaisselle, il nous faut faire chauffer 6 ou 7 casseroles de neige  ! car avec une casserole de neige fondue, on obtient à peine 100 ml d’eau…
Pour éviter de polluer le site, nous redescendons l’ensemble de nos déchets (même biodégradables, seuls quelques morceaux de pain et de fruits finiront dans les estomacs animaux), et nous brûlons le papier hygiénique souillé (gare au vent!).

Fin de matinée, il est temps pour nous de lever le camp. Un dernier au-revoir à bonhomme de neige et nous voilà de nouveau sur les sentiers enneigés et ensoleillés, en quête de blanchots, de chamois ou de bouquetins (bouquetins que nous aurons la chance d’apercevoir).
Nous empruntons des chemins de traverse pour faire durer le plaisir en restant toutefois vigilant aux risques d’avalanche et d’égarement, et rejoignons finalement la vallée après 3 heures de marche, conscients que ces 24 heures passées dans les montagnes resteront à jamais gravées dans nos cœurs et sur nos rétines !

randonnee raquettes ombre

Randonnée raquettes et nuit en refuge : pré-requis

Si vous avez déjà effectuer des randonnées en raquettes à neige,
que vous êtres formés à la recherche de victimes d’avalanche
capable de porter un sac de quelques kilos pendant plusieurs heures dans le froid,
vous êtes prêts !

Sinon, il vous faudra :

1/ apprendre à marcher en raquettes à neige
C’est très simple ! De bonnes chaussures étanches et hop, on enfile les raquettes et on marche, un pas devant l’autre. Bon, il y a tout de même quelques astuces à connaître pour maîtriser les montées et descentes (raquettes bloquées en descente, cale en montée…) et je vous conseille de vous entraîner une ou deux fois auparavant avec un guide ou un copain qui maîtrise la technique. Bien maîtriser la technique vous permettra en effet d’enchaîner les montées et les descentes en toute aisance et sans gaspiller d’énergie.

2/ apprendre le b.a-ba de la sécurité en montagne
Et bien oui, on le dit et on le redit, la montagne l’hiver, c’est dangereux. Au moment où j’écris ces lignes, j’apprends qu’il y a encore eu une victime d’avalanche dans les Alpes sur un itinéraire pourtant très prisé des skieurs de randonnée. Mieux vaut donc partir avec une personne qui connait très bien la montagne et les risques pour s’y aventurer sereinement.
Vous n’échapperez de toute façon pas à l’apprentissage de l’utilisation du DVA (Détecteur de Victimes d’Avalanche) afin de pouvoir être secouru si vous êtes ensevelis sous une avalanche ou de pouvoir à votre tour secourir si vous êtes témoin d’une avalanche.
1/2 journée de formation permet de connaître le fonctionnement du matériel, les techniques de sondage, pelletage et secours et la conduite à tenir en cas d’accident d’avalanche. Mieux vaut passer par des pros !

3/ se préparer physiquement
Comme je le disais en introduction, il n’est pas nécessaire d’être un grand sportif pour faire une jolie randonnée raquettes. Il suffit de choisir l’itinéraire en fonction de votre niveau. Attention néanmoins, la randonnée raquettes en hiver est plus difficile que la randonnée à pieds en été, et cela pour 2 raisons principales : dans la neige, on s’enfonce et il fait froid. Le corps doit donc faire plus d’effort pour réaliser la même distance !
Pour une nuit en refuge non gardé (seul au monde, on a dit…), il faudra de plus prévoir le ravitaillement, le matériel pour cuisiner, sac de couchage et habits de rechange (liste du matos un peu plus bas dans l’article), en gros un sac de 8 à 12 kg par randonneur.

randonnée raquettes secret

Randonnée raquettes et nuit en refuge : préparatifs

Choix de l’hébergement : refuge confortable ou cabane non gardée
C’est pour moi la recherche la plus passionnante, celle d’un abri où passer la nuit au cœur de la nature avec un minimum de confort…
Pour un maximum de confort, optez pour un refuge gardé l’hiver (accueil, chauffage, eau, repas assurés) mais pour ceux qui, comme moi, recherche authenticité et solitude, osez passer une nuit seul dans un refuge non gardé, c’est magique !
Attention, refuge non gardé = pas d’accueil, pas de repas tout prêt, pas d’eau, pas de toilette… et donc une logistique plus importante. Généralement, vous trouverez sur place : table, chaises, lits, couvertures, gazinière (pas toujours), évier (mais pas d’eau), verres et couverts, casseroles, bougies de secours (mais prévoyez les vôtres) et surtout poêle, bois et allumettes pour se chauffer !

J’avoue qu’il n’est pas toujours évident de savoir si un refuge est ouvert ou non l’hiver. Certains sont affichés fermés mais disposent tout de même d’une pièce accessible en hiver, mieux vaut donc appeler le gardien du refuge pour en avoir le cœur net.
Personnellement, j’ai dû éliminer mon premier choix suite à l’appel au gardien du refuge :

« Je pense que c’est une bêtise de vouloir monter en ce moment.
Il n’y a aucune trace et vous allez vous épuiser à la montée,
sans compter que les conditions sont dangereuses ! »

Le message avait l’avantage d’être clair et je n’ai pas hésité plus d’une minute : changement de destination. Bien m’en a pris !
Petit indice : les refuges CAF (lien vers le site de la FFCAM) disposent tous d’un local non gardé et accessible l’hiver, mais pas que…

Choix de l’itinéraire : région, massif, refuge puis sentier
Le choix de l’itinéraire et de l’hébergement sont en fait très liés.
Le plus simple est de choisir d’abord la région et le massif où vous souhaitez randonner et d’étudier les possibilités d’hébergement. En fonction de votre niveau et des dénivelés et durées envisagés pour la randonnée raquettes, le choix devrait vite se réduire.
Pour étudier le tracé, rien de tel que les cartes IGN au 1/25000ème mais attention, les sentiers indiqués ne sont pas toujours tracés l’hiver. En cas de doute, se renseigner auprès des gardiens de refuge, des offices de tourisme ou bureaux des guides de montagne.
Mon conseil : ne surestimez pas vos capacités.
Mieux vaut un peu trop court que un peu trop long.
En cas de météo capricieuse ou de coup de fatigue, mieux vaut ne pas être perdu au milieu de nulle part et une randonnée de 3 heures bien choisie suffit l’hiver pour découvrir des paysages désertés et paradisiaques.

Matériel indispensable

  • Matériel de randonnée raquettes : chaussures de randonnée imperméables, raquettes à neige, bâtons, vêtement chaud et imperméable, gants, bonnet, lunettes de soleil, carte précise, DVA, pelle, sonde, 1 litre d’eau, en-cas.
    Bonus : sur-gants (contre le vent), collants, chaufferette jetable.
  • Matériel pour le couchage en refuge : pyjama chaud, sac de couchage, chaussons, lampe frontale, argent liquide pour payer la nuit (urne à disposition).
    Bonus : drap sac, livre, boules quies (si vous n’êtes pas seuls).
  • Matériel pour le dîner/pti déj. en refuge : nourriture, sel, briquet, bougies, éponge, sac plastique (à minima pour la poubelle à redescendre avec soi).
    Bonus : popotte et cartouche de gaz s’ils ne sont pas disponibles dans le refuge.
  • Divers : vêtements de rechange dans un sac étanche, papier hygiénique, stylo, appareil photos avec 2 batteries (se déchargent plus vite dans le froid).

BONNE RANDONNEE, ENJOY !
Et si vous aussi, vous avez des endroits coup de cœur à faire partager, laissez-moi un commentaire.

Autres destinations coup de cœur en raquettes à neige :
Randonnée raquettes vers le Col du Grand Saint-Bernard
• Chartreuse : randonnée hivernale au Mont Granier

Commentez via Facebook

messages

A propos de l'auteur  ⁄ celine

Auteur et rédactrice du blog de voyages nature Globetrekkeuse, je parcours les sentiers du monde et partage mon expérience avec tous les amoureux de nature. Rejoignez-moi sur mon profil Facebook

8 Commentaires

  • Répondre
    3 février 2016

    Super article. Bon on a tres tres envie de savoir ou se trouve cet endroit secret (je n’ai pas trouve, mais je pense que c’est dans les Alpes car tu dis « soleil jusqu’a 17h… »), mais surtout cela donne vraiment envie de faire de la randonnee raquette.
    Merci pour cet article plein d’inspiration!
    Amandine Articles récents…Is it crazy to visit Stockholm in winter?My Profile

    • Répondre
      celine Auteur
      3 février 2016

      Merci pour ton commentaire et… Well done ! C’est bien dans les Alpes…

  • Répondre
    Seb
    11 février 2016

    D’après ce que tu dis, je penche pour le massif de la Vanoise ou des Ecrins…

    Drôle d’idée que de vouloir le garder secret. Mon précieuuuuu 🙂

    Sinon, plus roots encore, il y a les cabanes non gardées. Je te les conseille, mais à choisir avec attention 😉
    Je te partage ma dernière sortie: http://planetcaravan.net/post/2016/02/08/Jardinage-en-raquettes-en-Belledonne

    Bonne continuation !
    Seb Articles récents…Jardinage en raquettes en BelledonneMy Profile

    • Répondre
      celine Auteur
      11 février 2016

      Merci pour le partage. Il faudra tester la cabane de Petit Valloire un de ces jours !

  • Répondre
    9 mars 2016

    Ahh que c’est beau! Il y a pas mal de possibilité de rando-refuge ici aussi au Québec et ca fait déjà un bout que ca me titille. Il faudrait bien que je le teste 🙂 ton article me donne encore plus le goût. Je suis un peu jalouse de vos belles montagnes par contre hehe
    Rachel – Blog voyage Découverte Monde Articles récents…Mon voyage en Corse : Que faire et visiter lors d’un court séjourMy Profile

    • Répondre
      celine Auteur
      9 mars 2016

      Merci Rachel pour ton message.
      Il faudra que l’on échange nos maisons un de ces 4 pour que je découvre le Québec et que tu puisses profiter des Alpes à volonté !

  • Répondre
    Vic
    7 septembre 2016

    Merci pour cet article, je me suis moi même aventurée dans les Alpes cet été, c’était fantastique, il y a tellement de chose à faire… J’y retournerai très prochainement, tester les raquettes sans doute !
    Vic Articles récents…Les Alpes : Top 5 des activitésMy Profile

  • Répondre
    11 mai 2017

    Superbe le chalet dans la neige ! Si tu as l’occasion de venir dans les Pyrénées, il existe de nombreuses cabanes de berger en libre accès pour les randonneurs. Quel bonheur d’y passer la nuit 🙂

Laisser un commentaire

CommentLuv badge