100km, 30h de marche : mon expérience de trailwalker

C’est en lisant un magazine de treks que je tombe sur la publicité du Oxfam Trailwalker : défi sportif et solidaire organisé par l’association OXFAM pour lutter contre la pauvreté et les inégalités.

Le défi sportif : marcher 100 km en moins de 30 heures, par équipe de 4.
Le défi solidaire : récolter 1500 euros avant de prendre le départ.
Aussitôt lu, aussitôt motivée, je pars à la recherche de 3 autres marcheurs pour me suivre dans cette nouvelle aventure humaine.
Je choisis le territoire français pour cette première expérience mais pourquoi pas un tour du monde des Trailwalker pour bientôt ? Intéressé pour me suivre ?
carte-du-monde-trailwalker

Etape 1 : Constitution de l’équipe

trail-walk-gonetrotter-photo1Certains proches ne me prennent pas au sérieux, certains amis me considèrent comme inconsciente mais la plupart trouve le challenge séduisant. Mais entre être séduit et s’inscrire, il y a mille arguments : ” pas le temps, pas assez entrainé, peur de ne pas réussir à collecter les fonds,…”
Je persévère ! Et je finis par trouver 3 coéquipiers courageux : un alpiniste, une coureuse et un karatéka.
Avant de passer à la seconde étape, un petit baptême s’impose : les Gônes-Trotters sont nés et un shooting dans les rues de Lyon est organisé. Reste à trouver 2 ou 3 supporters pour s’occuper de notre petite logistique (rechange, ravitaillement, massages éventuels…) le jour J.

Etape 2 : Récolte des fonds

LOGO-gones-trottersSi les amis ne sont pas prêts à marcher 30 heures non-stop, la plupart soutienne bien volontiers le projet. Les dons sont finalement assez nombreux et complétés par quelques ventes d’objets devenus indésirables ainsi qu’une tombola, nous atteignons les 1500 euros en moins d’un mois.
Plus d’excuse, nous serons sur la ligne de départ le 25 Mai 2013.

Etape 3 : Entraînement du trailwalker

oxfam-trailwalker-entrainementChacun sa méthode. Si certains suivent à la lettre les guides d’entraînement proposés par les organisateurs, nous avons opté pour un entraînement à la carte en fonction de nos emplois du temps et passions respectifs : randonnée, course, ski de randonnée, karaté, natation.
Un week-end d’entraînement permet de tester endurance et équipement ainsi que de se familiariser avec la région accureillant notre potentiel futur exploit : le Parc du Morvan. 50 km de marche entre vaches, moutons et cochons. Température comprise entre 2° et 6°C. Nous atteignons l’arrivée sans trop de bobos.
Débriefing : les supporters vont devoir être au top pour mettre l’ambiance et nous rappeler de ne pas oublier les étirements réguliers!

randochallenge-carte IMGP5000Une autre idée d’entraînement ludique : le Rando’challenge.
C’est une randonnée conviviale et culturelle, durant laquelle les randonneurs, par équipe de 2 à 4, répondent à des questions faisant appel à l’observation sur la flore, la faune, l’histoire, le patrimoine… Une carte est remise à chaque équipe au départ avec le tracé de l’itinéraire au 1/25000ème. Les critères de classement sont la justesse des réponses, l’exactitude de l’itinéraire et le respect du temps de marche à une vitesse fixée par l’organisateur (4km/h en général).
Planning des prochaines Rando’challenges => lien vers le site de la FFRandonnée.

Etape 4 : Marche, marcheur, marcher…

trailwalker-meteoJ-1 avant le départ. La météo n’est pas au beau fixe, le short et la crème solaire sont remplacés par un poncho et une paire de gants.
Equipement indispensable (incluant le retour d’expérience) :
Sac à dos, gourde, fruits secs, téléphone portable (pour rester en contact avec les supporters), lampe frontale avec piles neuves, gilet fluorescent, appareil photo (vous ne le ferez peut-être pas 2 fois…), trousse de secours (aspirine, pansements/bandes), poncho, vêtements chauds, vêtements de rechange (y compris chaussures), short (pour profiter des massages), ipod, kleenex et sacs plastiques, sac de couchage, lunettes de soleil et crème solaire (pas utile cette fois-ci), bâtons de randonnée.

SECTION 1 : Avallon -St Germain des Champs : trouver son rythme.
18,7 km, +505 m, -391 m, Difficulté 3/4
oxfam-trailwalker-departPetit-déjeuner à 6h du matin au Centre Omnisports d’Avallon, dans une ambiance festive. L’appréhension laisse place à l’excitation et à la joie de pouvoir enfin franchir la ligne de départ à 7h pétante, encouragés par les supporters et organisateurs.
188 équipes, 752 marcheurs, 675 supporters, venus conquérir le parc du Morvan!
La ville laisse rapidement place aux champs, aux forêts et aux chemins rendus boueux par la pluie incessante des derniers jours. Les équipiers coordonnent leur rythme même s’il n’est pas facile de maintenir les 5 ou 6 km/h dans ces conditions. Tout le monde pose devant la pancarte annonçant le km 10 : l’exploit semble encore possible à ce stade de la marche… Les djinns du Morvan n’entendent pas nous faciliter la tâche : la pluie est de retour avant même que nous ayons atteint le premier poste de contrôle.
PC1 : les supporters nous attendent pour nous encourager et évaluer notre état. Il nous a fallu 3h20 pour terminer cette première étape, le rythme est soutenu, peut-être un peu trop soutenu...

SECTION 2 : St Germain des Champs-Marigny-l’Eglise : entre vaches et moutons.
9 km, +307 m, -235 m, Difficulté 1/4
L’étape est plus facile et les marcheurs toujours groupés, ce qui facilite l’orientation. Pas besoin de chercher les panneaux d’orientation, il suffit de suivre le groupe. Les nuages se rient de nous voir mettre ou ôter le poncho au gré de leurs humeurs, et la boue atteint désormais les genoux.
PC2 : 28 km parcourus
, arrivée à 12h30, c’est l’heure du pique-nique ! Le nôtre est agrémenté de nombreuses douceurs sélectionnées par nos 3 supporters hors-pair, mais vigilants : 1h de repos, pas 1 minute de plus, étirements compris…

SECTION 3 : Marigny-l’Eglise-Lac de Chaumeçon : les premières douleurs.
oxfam-trailwalker-boue
12,9 km, +409 m, -445 m, Difficulté 2/4
Le repas nous a redonné des forces mais les premières douleurs apparaissent. Le sol trempé ne facilite pas la progression, les muscles chauffent et les pieds souffrent, les ampoules sont imminentes.
PC3 (km40) : changer de chaussures, soigner les bobos, récupérer les bâtons de randonnée jusqu’alors jugés encombrants. L’assistance des supporters devient indispensable à la poursuite de l’aventure.

SECTION 4 : Lac de Chaumeçon-Lormes : à mi-parcours.
16,7 km, +496 m, -492 m, Difficulté 4/4
oxfam-trailwalker-50kmKm 50 : émotion mitigée entre la fierté d’être arrivés à mi-parcours et l’angoisse de n’être QU’A mi-parcours! Le but est désormais d’arriver au prochain PC pour se retaper, la ligne d’arrivée parait encore inatteignable. Le jour baisse, les marcheurs se font plus silencieux, chacun puise dans ses forces physiques et mentales en espérant apercevoir le panneau d’arrivée au pc4, que nous atteignons plus de 12h après la ligne de départ.
Retour sur les bancs de l’école pour le dîner : escalope de dinde et pâtes pour tous (la bière, c’est en bonus et non compris dans le service!). Avant de repartir, quelques massages, étirements et bandages s’imposent, ainsi qu’un peu de repos et un nouvel équipement adapté à la marche de nuit (vêtements chauds, gilet fluo et lampe frontale). Moins de 2h après notre arrivée, nous voilà repartis.

SECTION 5 : Lormes-Pouques Lormes : marcher sous la pleine lune.
7,2 km, +129 m, -277 m, Difficulté 1/4
La nuit apporte de nouvelles sensations : il faut être plus vigilant, mais la concentration aide aussi à ne pas s’endormir. Les sentiers boueux deviennent usants, chacun essaie de trouver son rythme et la marche évolue de façon plus solitaire. Là encore, le rôle des supporters est déterminant pour accompagner et réconforter ceux qui peinent à suivre. Arrivée au PC5 (km65) à 00h.

oxfam-trailwlaker-nuitSECTION 6 : Pouques Lormes- Bazoches : le doute s’installe.
7,6 km, +187 m, -245 m, Difficulté 1/4
Un pied devant l’autre jusqu’au prochain PC, où il devient difficile de ne pas s’endormir. Certains optent pour un somme de quelques minutes, d’autres préfèrent profiter de l’arrêt pour se faire masser ou manger quelques barres vitaminées. La bonne humeur est en berne, l’idée d’abandonner pas bien loin…

SECTION 7 : Bazoches-St-Père : la marche des zombies.
12,1 km, +207 m, -285 m, Difficulté 2/4
Somnolents et comme anesthésiés… Le panneau km 80 semble ne jamais vouloir apparaître, et lorsqu’il apparait enfin, nous n’avons même plus la force ni l’envie de poser devant. Ce n’est plus les kilomètres accomplis que nous y lisons mais le chemin restant à parcourir! Abandonner ? Chacun repousse l’idée, malgré la fatigue et la douleur. L’aventure doit se faire à 4, du début à la fin. L’esprit d’équipe l’emporte, la solidarité nous maintient debout. Les SMS d’encouragement aident également, mais l’étape n’en est pas moins interminable. Nous arrivons au PC7 à 05h30.

SECTION 8 : St-Père-Vault-de-Lugny : et si c’était possible?
10,7 km, +403 m, -405 m, Difficulté 3/4
Le jour se lève enfin et nous redonne de l’espoir. Nous savourons le retour du soleil mais maudissons la boue. Les chaussures sont lourdes et collent au sol, les pas sont moins assurés, les jambes épuisées. A 10 km de l’arrivée néanmoins, seule la blessure pourrait désormais nous arrêter.

SECTION 9 : Vault-de-Lugny-AVALLON : l’exploit !
5,
1 km, +131 m, -18 m, Difficulté 1/4
Dernière ligne droite avant l’arrivée, lente, très lente… Nous y voilà.
Le soulagement et la joie sont immenses en franchissant la ligne d’arrivée, 27 heures et 49 minutes après notre départ. Nous sommes fiers et heureux d’avoir réussi cet exploit ensemble, de nous être surpassés par solidarité, et de pouvoir enfin nous reposer, sans avoir à repartir !
oxfam-trailwalker-arrivee

188 équipes au départ
35 équipes non partantes

88 équipes arrivées au complet
87 équipes arrivées incomplètes
13 abandons
Première équipe arrivée en 17 heures 16 min !!

——————————————————————————————————————————-

TELECHARGEZ le diaporama
de la marche des GONES-TROTTERS
(3’45  –  23 Mo)
  Oxfam-Trailwalker-2013  

également disponible sur YOUTUBE

Etape 5 : Récupération

Au final, pas de blessure mais quelques douleurs (genou, talon) et surtout des courbatures plus ou moins violentes chez chacun des concurrents. Les soins se limitent à l’aspirine et au repos. Les douleurs s’estompent dans les 2 à 4 jours qui suivent la marche.
Si je suis prête à retenter l’aventure? OUI, pour l’ambiance et les émotions partagées au cours de ces 30 heures de folie. En espérant une météo plus clémente !

 

Commentez via Facebook

messages

A propos de l'auteur  ⁄ celine

Auteur et rédactrice du blog de voyages nature Globetrekkeuse, je parcours les sentiers du monde et partage mon expérience avec tous les amoureux de nature. Rejoignez-moi sur mon profil Facebook

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

CommentLuv badge