Trekking hivernal : 5 astuces contre le froid !

Non ! L’arrivée du froid et de la neige ne signe pas la fin de la saison de trekking.
D’abord parce que, si vraiment le froid vous indispose, vous pouvez toujours aller chercher une autre aire de jeux et de randonnées sur la planète, de l’autre côté de l’équateur… mais entre nous, ce serait dommage. Les raquettes à neige permettent aujourd’hui à chacun de partir marcher dans la neige (les plus sportifs privilégieront le ski de randonnée) et avec du bon matériel et quelques astuces, on peut facilement éviter les inconvénients du froid. Inutile donc de se priver des paysages enneigés et parfois désertés d’hiver et des grands espaces blancs immaculés et féériques, surtout quand le soleil fait briller le décor.

GT-Trekking-hiver-temperature

Je vous donne dans cet article (surtout pour vous mesdames !), mes conseils pour éviter le froid et profiter de la montagne en hiver.
De nature plutôt frileuse, j’ai dû trouver, au fil de mes randonnées, des astuces pour rester au chaud, quelques soient les conditions météorologiques. Les voici  !

Trekking hivernal : astuce anti-froid N°1

MULTI-COUCHES DE LA TÊTE AUX PIEDS & VÊTEMENTS NOIRS
La première astuce est bien connue et éprouvée ! Plusieurs couches de vêtements permettent en effet de piéger l’air qui devient alors un excellent isolant. Pour la première couche, on privilégie des matières qui respectent la respiration de la peau et qui absorbent la transpiration. La deuxième couche doit être plus épaisse et chaude. Enfin, que vous optiez pour 3 ou 4 couches (inutile d’en faire plus !), la dernière doit obligatoirement intégrer une matière coupe-vent et imperméable.
Ce système multi-couches est surtout utilisé pour le haut du corps mais pour ma part, je multiplie les couches de la tête aux pieds ! … avec une attention particulière pour la tête sachant que 30% de la chaleur corporelle se perd par celle-ci.
J’utilise plus ou moins de couches en fonction de la chaleur et du vent, l’important étant de choisir des vêtements que l’on peut ôter/remettre et ranger facilement tout au long du trek.

Petit aperçu de mon matos
Tête
1 bonnet polaire (plus isolant et efficace que la laine), 1 capuche chaude,
1 capuche imperméable, ou 1 cagoule polaire canadienne (voir test de matos),

Haut du corps
1 t-shirt manches longues type Odlo Warm, 1 pull en laine,
1 doudoune (légère et facile à ranger), 1 veste coupe-vent et imperméable

Mains
1 paire de sous-gants en soie, 1 paire de gants épais et coupe-vent

Jambes
1 collant type Odlo Warm, 1 pantalon de trekking hiver (chaud et imperméable)

Pieds
1 paire de chaussettes fines en laine, 1 paire de chaussettes épaisses et confortable (voir test de matos), chaussures de trekking hiver

Vous pouvez également allés jeter un coup d’œil sur mes tests de matériel et équipement de randonnée, régulièrement mis à jour.

Dernier critère de choix pour les vêtements de montagne, la couleur : noire, ou à minima une couleur sombre. Le noir absorbe en effet 90% de l’énergie reçue et donc davantage de chaleur dès que le soleil fait son apparition. Et même si les puristes vous diront qu’il faut également prendre en compte la chaleur ré-émise (moins importante pour le blanc, d’où la couleur des ours polaires…), mon expérience m’a convaincu de l’efficacité du noir dès que les rayons du soleil arrivent à percer. Et puis, cela évitera de vous confondre avec un ours !!

trekking-hiver-chartreuse

Trekking hivernal : astuce anti-froid N°2 

CHAUFFERETTES JETABLES AU CAS OU…
Si la stratégie multi-couches n’est pas suffisante, il existe aujourd’hui des chaufferettes jetables pour toutes les parties du corps ! J’ai essayé un bon nombre de chaufferettes électriques, à charbon, à gel rechargeable, toutes abandonnées en faveur des chaufferettes jetables afin d’éviter les contraintes de rechargement ou de mise en œuvre. La chaufferette jetable, c’est simple, vous l’ouvrez, vous la collez sur la partie à réchauffer, une réaction thermique se crée au contact de l’air, et c’est parti pour 6 heures de diffusion (température aux alentours de 50°C).
Seul inconvénient, les déchets générés (un mélange de fer, charbon actif, sel et cellulose, non biodégradables), qui pourraient finir dans le paysage si utilisées par des randonneurs peu respectueux… A rapporter donc dans la vallée !
Personnellement, celles que j’utilise sont celles pour les pieds lorsque les températures sont vraiment très basses et celles pour les mains que je mets en fait dans la poche intérieure de ma doudoune : chaleur assurée dans tout le haut du corps, je suis même parfois obligée d’ouvrir le blouson ! Elles sont bien-sûr davantage utiles à l’arrêt, pendant les pauses ou au bivouac que pendant l’effort… et finalement je les utilise assez peu. Mais rien que de savoir que j’en ai quelques-unes dans mon sac au cas où me réchauffe le moral !

trekking-hiver-chaufferettes

Trekking hivernal : astuce anti-froid N°3 

LA GOURDE TRANSFORMÉE EN BOUILLOTTE
Sans aucun doute, mon astuce préférée
que j’utilise très souvent en bivouac comme en refuge. Je remplis ma gourde (aluminium) d’eau bouillante avant d’aller me coucher et la mets dans mon duvet. La chaleur reste emprisonnée dans le duvet et la nuit est assurée chaude, parfois même trop chaude. Astuce extrêmement efficace, éprouvée en bivouac aux bords des glaciers de Patagonie.
Attention néanmoins, cette astuce nécessite de vérifier la parfaite étanchéité de la gourde (rien de pire que l’humidité dans le duvet) et de ne pas trop se coller à la gourde au risque de se brûler !

Trekking hivernal : astuce anti-froid N°4

CHAUSSURES, CHAUSSETTES ET GANTS AU SEC ET AU CHAUD
Les pieds et les mains sont les organes les plus difficiles à réchauffer car lorsqu’il fait froid, le corps réduit le flux sanguin dans les extrémités pour l’envoyer vers les organes vitaux. Il faut donc essayer de laisser les chaussures, chaussettes et gants au sec et chaud dès que possible.
Lors des arrêts, mieux vaut ranger les gants à l’intérieur de la doudoune que les poser sur le sac ou dans la neige. La nuit, les chaussettes, chaussures et gants doivent être pendus dans un local sec, le plus chaud du refuge, et si possible près du poêle ou du radiateur quelques minutes avant de les enfiler.
Une paire de chaussettes et une paire de gants fins, ça ne pèse pas lourd, donc inutile de se priver d’une paire de rechange que l’on garde bien au sec dans un sac étanche (avec sachet de silice pour éviter toute humidité) pendant la randonnée.
Si vous dormez en bivouac, l’astuce précédente de la bouillotte est valable pour chauffer le duvet et y enfermer chaussettes, gants et même vêtements avant de les enfiler !

trekking-hiver-cheminée

Trekking hivernal : astuce anti-froid N°5

SOUPES, ÉPICES & FÉCULENTS
La soupe reste la manière la plus efficace de se réchauffer
rapidement en mangeant, et elle permet en plus de se ré-hydrater après l’effort. A privilégier donc à chaque repas.
Thés et tisanes chaudes peuvent également être consommées à volonté, avec l’avantage de pouvoir également se réchauffer les mains en tenant la timbale. Oui, ça marche aussi avec le vin chaud, mais contrairement aux idées reçues, l’alcool ne réchauffe pas le corps, il diminuerait même sa température d’1/2 degré pour 50 g d’alcool consommé. Mieux vaut attendre la fin du trek pour apprécier !
Ensuite, les aliments star du trek sont bien-sûr les féculents. Je ne vais pas vous faire ici un cours de nutrition (vous trouverez de nombreux articles sur internet à ce sujet), mais en bref, pour un randonneur, environ 50% des apports en nourriture doivent être des féculents. Ils permettent de faire le plein d’énergie et de la stocker afin de l’utiliser au fur et à mesure de l’effort. A consommer à chaque dîner pour laisser le temps au glucide de se transformer en réserve d’énergie (environ 12h).
Dernière astuce anti-froid : les épices (clou de girofle, cannelle, poivre, cumin, gingembre, thym), qui provoquent une sensation de chaleur rapide et durable : à leur contact, les vaisseaux se dilatent et envoient plus de sang vers le système digestif, notre organisme travaille davantage et nous réchauffe. Et non, toujours pas dans le vin chaud !

Globetrekkeuse-hiverBon trek à tous !

Commentez via Facebook

messages

A propos de l'auteur  ⁄ celine

Auteur et rédactrice du blog de voyages nature Globetrekkeuse, je parcours les sentiers du monde et partage mon expérience avec tous les amoureux de nature. Rejoignez-moi sur mon profil Facebook

2 Commentaires

  • Répondre
    18 février 2016

    Salut Céline ! Je viens de découvrir ton blog via le site salon blogueurs voyage. En outre, je prépare un trek d’une semaine dans le vercors, en Mars. Il risque donc d’y faire encore froid. Et comme je n ‘ai encore jamais vadrouillé les pieds dans la neige, j’avoue que ton article est une belle mine de conseils (de bon sens, mais quand même, de conseils). Au plaisir de se croiser, ici ou ailleurs !

    • Répondre
      celine Auteur
      18 février 2016

      Un ch’ti dans e Vercors, voilà qui est une bonne nouvelle 😉
      Il risque effectivement d’y faire un peu froid en Mars bien que rien ne soit plus sûr désormais côté climat !
      Merci pour ton message, bon trek et à bientôt.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge