GR20 en Corse : 10 conseils pour réussir son trek

Comment ne pas se décourager devant le trop grand nombre d’avertissements et de conseils trouvés en préparant le GR20 ! Croyez-moi, il n’est pas besoin de s’entraîner pendant des mois, de partir dès le lever du soleil chaque matin, de porter 20 kg de nourriture, d’avoir des chaussures high-tech ou de préparer chaque étape avec minutie. Bien-sûr, le GR20 est une randonnée difficile mais 10 conseils suffisent pour ne pas  compromettre ses chances de réussite.
Suivez-les puis laissez-vous aller. Les merveilles tout au long du chemin feront le reste…


Le GR20, en bref

15 jours, de Conca à Calenzana (cf GR20 Pratique en fin d’article),
14 nuits (pour moi, 13 nuits sous tente et une à l’hôtel à Vizzavona),
100 heures de marche sur 180 kilomètres de sentier,
Dénivelés : + 10 200 mètres / – 9 400 mètres

Mes meilleurs souvenirs : les Aiguilles de Bavella, le Cirque de la Solitude, les multiples rencontres tout au long du parcours, la nuit animée au refuge de Tighjetu, le brocciu et la liqueur de myrte.

Mes pires souvenirs : la grêle et le brouillard de Manganu, les urgences de Corte (voir récit) !

La Corse, ce n’est pas que le GR20… n’hésitez pas à prolonger le séjour !
(
comparateur de locations : Hundredrooms)


GR20 en 10 conseils, pas un de plus !

gr20 bivouac

CONSEIL N°1 : Partir avec 1 à 3 amis

J’ai bien écrit AMIS, des personnes que vous connaissez et qui vous supporteront dans les moments difficiles car la fatigue rend grognon ! Ne partez surtout pas seul. Le groupe permet de répartir le poids du matériel et de se soutenir au fil des étapes.

CONSEIL N°2 : du Sud au Nord

Bien que le GR20 se réalise habituellement du Nord au Sud, avec un départ depuis Calenzana, non loin de la magnifique ville de Calvi, je conseille aux randonneurs un peu moins entraînés de partir de Conca au Sud. Les étapes du Sud sont en effet moins vertigineuses et moins techniques et constituent une bonne mise en jambes pour la suite. De plus, vous marcherez le soleil dans le dos… et l’arrivée à Calvi pour la dernière étape est une récompense qui devrait vous tenir en haleine jusqu’au bout.

CONSEIL N°3 : les chaussures comme meilleures alliées

Il est indispensable de prendre des chaussures de randonnée que vous avez déjà portées avec succès et sur lesquelles vous n’avez aucun doute. Elles seront votre meilleur allié pour enchaîner les étapes sans ampoules, qui peuvent vite transformer le trek en enfer. Les ampoules associées à la fatigue sont la première cause d’abandon sur le GR20 alors, bichonnez vos pieds !

CONSEIL N°4 : sous tente

Il est possible de dormir en refuge tout au long du GR20 mais si vous randonnez à 2 ou plus, je vous conseille d’emporter votre tente. Non seulement, vous éviterez l’affluence des refuges pendant l’été et les réveils aux aurores mais vous profiterez encore davantage des paysages et de l’ambiance apaisante du GR20.

CONSEIL N°5 : Vêtements chauds indispensable

Des vêtements inadaptés auraient bien pu être la cause de mon abandon sur le GR20. Avec 30°C au bord de la mer, on a vite fait d’oublier que le le GR20 est un trek de haute montagne et que la météo change vite sur les sommets. Il n’est pas rare de rencontrer la grêle ou la neige même en été, alors prévoyez une polaire, un poncho et des gants pour être sûr de ne pas devoir rebrousser chemin à cause des intempéries.

CONSEIL N°6 : Limiter le poids du sac

Une seule règle à respecter : le poids du sac ne doit pas dépasser 1/4 du poids du randonneur (et c’est un maximum !).
Retrouvez mon article Matériel de randonné, ma check-list inférieure à 10 kg.

CONSEIL N°7 : Une étape par jour

Sur le GR20, on rencontre toutes sortes de randonneurs, débutants ou aguerris et il n’est pas rare de se faire dépasser par des marcheurs (voire des coureurs) réalisant plusieurs étapes par jour. Mais pour être sûr d’aller jusqu’au bout, mieux vaut se limiter à une étape par jour, ce qui permet en plus de profiter pleinement des paysages, des pauses et des siestes au bord des rivières…

CONSEIL N°8 : Prévoir une gourde bien pleine

On ne rencontre pas de rivière sur toutes les étapes et il peut faire très chaud : prévoir 2 litres d’eau par personne au camp de départ.

CONSEIL N°9 : Dîner au refuge

Réserver le dîner au refuge permet de réduire le poids du sac car il y a peu de ravitaillement sur le GR20. Cela permet également de partager les anecdotes, nombreuses sur le GR20, et de glaner quelques conseils supplémentaires. Les rencontres sont l’un des atouts du GR20.
On résume : diner au refuge et dodo sous la tente 😉
Prévoir de l’argent en liquide pour payer dans les refuges (coup à boire, diner ou ravitaillement).

CONSEIL N°10 : Des étirements tous les jours

Les étirements sont indispensables pour les treks de plusieurs jours tel que le GR20. A faire à la fin de chaque étape pour ne pas avoir les jambes lourdes le lendemain. Une séance de massage de temps en temps est également vivement recommandée pour détendre les muscles.

gr20 globetrekkeuse nous2


Mon récit sur le GR20

Nous avons choisi de parcourir le sentier mythique du GR20 du Sud vers le Nord afin de réaliser une mise en jambes plus que nécessaire avant les étapes techniques et vertigineuses du Nord (Brèche de Capitellu, Cirque de la Solitude…). Nous partons le cœur léger, heureux d’accomplir un rêve et conscient que de sérieuses épreuves attendent aussi bien nos jambes que notre mental.

« Le GR 20 en couple ? Drôle d’idée.
Jamais aucun couple n’a survécu à cette épreuve. », nous voilà prévenus !

Les premiers jours nous permettent de trouver notre rythme parmi la population hétéroclite du GR20 (amateur chargé de tous ses biens ou sportif confirmé trottinant d’étape en étape, célibataires ou familles, maîtres accompagnés de leur chien…).
Pour nous, inutile de partir à l’aube : nous dormons sous tente, les journées sont longues et nous avons choisi de nous limiter à une étape par jour pour profiter pleinement de la nature qui nous entoure et des moments passés ensemble (en moyenne, 13 km, 7h de marche et 1000m de dénivelé positif par jour).

Chaque étape est un enchantement pour nos sens épris de grands espaces, de nature et de liberté.
Les aiguilles de Bavella apparaissent majestueuses, chaque cascade est un réconfort pour nos pieds endoloris, les pauses sont toujours des moments de bonheur durant lesquelles nous échangeons nos impressions sur les paysages et notre état de santé général. Sac à dos trop lourd, mal aux jambes, mal de tête également lorsque nous avons trop bu de « myrte » la veille. Nous croisons, entre maquis, châtaigniers et pins, toute sorte d’insectes, chenilles (urticantes), salamandres, lézards, rapaces, mais également des vaches, cochons et moutons.
Le soleil nous accompagne jusque Vizzavona (6ème étape et fin de la partie Sud). Nous fêtons comme il se doit ce premier succès : Cap Corse, pâtes au brocciu et nuit à l’hôtel. Le grand luxe avant une seconde partie bien différente de la première.

gr20 globetrekkeuse 2010

gr20 globetrekkeuse refuge

gr20 nord

Nous nous attendions à une fin de parcours alpine et sportive, ainsi qu’à des sentiers plus caillouteux et glissants. Mais certainement pas à devoir escalader des parois dans des conditions hivernales !

Le temps vire à l’orage ; les premiers abandons ont lieu. La pluie ne nous fait pas peur mais je suis obligée de rejoindre l’hôpital de Corte pour une inspection de mon cou sur lequel un herpès géant semble vouloir se propager indéfiniment. Nous ne croiserons plus de route avant 5 jours, c’est le moment ou jamais d’avoir l’avis d’un médecin.
« Du repos ! voilà tout ce que je peux vous prescrire mademoiselle. ». J’arrive à lui faire noter le nom d’un médicament sur l’ordonnance, en promettant de m’arrêter le soir même, promesse aussitôt oubliée une fois la porte des urgences refermées (désolé, docteur, mais rassurez-vous, je vais bien 😉 ).

C’est décidé, nous repartons malgré le froid et la brume. Les pauses sont réduites, les nuits plus longues pour profiter de la chaleur du duvet et de l’abri de la tente. Nous vivons néanmoins cette aventure pleinement, abandonnés petit à petit par tous nos compagnons de route et conscients qu’elle peut également s’arrêter à tout moment pour nous deux. Heureuses surprises : des mouflons au sommet d’une longue ascension, des lacs glaciaires profitant d’une éclaircie, des chaînes facilitant la progression. Hélas, nous battons retraite à notre tour sur l’étape Pietra Piana – Manganu. Les sommets enneigés, la grêle, notre équipement limité au strict minimum et la brume nous empêchant de voir les marques ne nous permettant pas d’atteindre la brèche de Capitellu (2225m).

Abandonner ? Jamais !
Nous empruntons une variante improvisée dans la vallée pour rejoindre le Col di Vergio, ce qui nous permet de parfaire notre habilité d’auto-stoppeurs. Il en a fallu de la patience et des sourires avant qu’une voiture ne s’arrête et nous permette de retrouver notre sentier bien-aimé…
Fatigués et craignant de devoir achever prématurément notre aventure, l’humeur est devenue morose. Heureusement, une rencontre magique avec Charlie va nous permettre de recharger les batteries et de retrouver le moral. Mille mercis à toi, vénérable gardien du refuge de Tighjetu, pour cette soirée chaleureuse, bien arrosée et pleine de bonne humeur, pour sept rescapés du GR20.
Encore enivrés par cette nuit, le Cirque de la Solitude sera vaincu sous la pluie, dans le brouillard, et protégée du vent grâce à ma tenue « sacs poubelle » conçue durant la nuit et qui s’avère très efficace bien que tout à fait ridicule.

gr20 cirque solitude

gr20 globetrekkeuse cirque solitude

gr20 neige

Comme si les divinités corses avaient alors décidé que nous méritions notre GR20, la tempête cesse dès notre sortie du Cirque de la Solitude.
Nous pouvons profiter plus tranquillement des trois dernières étapes avant notre arrivée à Calenzana.

gr20 corse

gr20 globetrekkeuse soleil

Nous l’avons parcouru dans son intégralité, ce GR20 tant rêvé !
et nous revenons ensemble, davantage unis encore par tant de souvenirs et de rencontres partagés.


GR20 Pratique

Meilleure saison : Juin ou Septembre.
Les refuges sont gardés de fin mai à fin septembre. Fin mai, des névés peuvent subsister. durant les mois de juillet et août, il fait très chaud et il y a beaucoup de monde sur les sentiers et dans les refuges.

Rejoindre le GR20 : quelque soit la ville dans laquelle on arrive, il est possible de rejoindre l’étape de départ (Calenzana ou Conca) en bus ou en auto-stop. Pour ne faire qu’une partie du GR20 au départ de Vizzavona, il est possible de prendre le train depuis Ajaccio, Calvi ou Bastia.

Réservation des refuges : sur le site du Parc Naturel Régional Corse.
Attention : en 2016, le refuge d’Asinau a été ravagé par un incendie (structure d’accueil provisoire).

Cartes IGN TOP25 : 4149 OT, 4150 OT, 4251 OT, 4252 OT, 4253 OT, 4253 ET, 4254 ET
Topoguide FFRP A travers la montagne corse Ref. 067

Budget :
Vol jusque la Corse A/R ≈ 200 € en low-cost
Nuit en refuge : 14 € par personne (6 € pour un emplacement tente)
Menu en refuge ≈ 15 €
Pinte de Pietra : 5,50 €  –  Soda : 3,50 €

gr20 balisage


Retrouvez également le récit de mon premier trek sur l’Île de La Réunion.

Commentez via Facebook

messages

15 Commentaires

  • Répondre
    12 mars 2014

    Je me souviens encore, parti en solitaire, du Nord vers le Sud, avec autonomie complète et voulant le faire en une semaine… ah… bon, avec le soleil qui tapait dur et la tente qui ne me permettait pas de me reposer, j’ai du accepter de modifier mes plans et dormir au refuge car doubler les étapes et dormir 5h par nuit… en se faisant quelques frayeurs au cirque de la solitude, cela n’allait pas… au final, fini en courant en 8,5j 🙂

    Mais bon, j’ai beaucoup aimé du Nord vers le Sud car passé l’étape 5, c’est beaucoup plus roulant…
    Piotr Articles récents…Balade dans la forêt primaire de Yakushima – JaponMy Profile

  • Répondre
    Marie-Claude
    25 mars 2014

    Merci pour les infos. Mon mari et moi comptons le faire en début juillet 2014. Pouvez-vous me dire ce que vous avez apporté ? Vous dites qu’il peut y avoir de la neige en juillet ?

    Merci encore pour vos infos. Toutes les infos qu’on peut avoir avant, c’est très apprécié car on vient du Québec et on ne connaît pas de gens qu’ils l’ont fait.

    • Répondre
      celine Auteur
      25 mars 2014

      Des habits chauds sont indispensables ainsi que des vêtements contre la pluie. Mais également de la crème solaire, des lunettes de soleil et une casquette! Toutes les conditions météo sont envisageables dans les montagnes corses, même en plein mois de juillet. autre objet indispensable : couteau suisse, lampe frontale, boules kiess si vous dormez en refuge, pansements et aspirine !

  • Répondre
    Marie-Claude
    14 avril 2014

    Quels sont les entraînements que vous avez faits pour réussir le GR20?

    Merci

    Marie-Claude

    • Répondre
      14 avril 2014

      Mon entraînement a commencé au printemps précédent le GR20 et a consisté à réaliser plusieurs randonnées à la journée ayant au moins 1000 m de dénivelé et plus de 5h de marche. J’ai également réalisé 2 week-ends randonnée avec nuit en refuge, davantage pour tester le matériel et le portage du sac.
      Je réitère cet entraînement ce printemps avant le Tour du Mont-Blanc.
      Globetrekkeuse Articles récents…Equal Pay Day 2014 : les français plus machos que les italiens ?My Profile

  • Répondre
    5 juillet 2015

    décidé à partir seul pour 9 jours, pour beaucoup de raisons, si cela tourne bien, je partagerai!
    bonne vie!

    • Répondre
      Marie
      25 décembre 2015

      Alors Patrice ? Ce GR20 en solo en 9 jours ? Ça m’intéresse. Décidée à le faire seule pour plusieurs raisons aussi !

      très belle fêtes à tous

      • Répondre
        Celine
        25 mars 2016

        Salut Marie!

        Tu le fais toujours seule le gr 20?

        A +

  • Répondre
    JP
    29 septembre 2015

    Le Tour du Mont Blanc est il plus exigeant que le GR20 ?

    • Répondre
      celine Auteur
      30 septembre 2015

      Je coterais les 2 treks du même niveau sur les critères force et endurance, mais certaines parties du GR20 sont plus vertigineuses. Même vigilance à avoir concernant la météo, elle est capricieuse aussi bien en Corse que dans les Alpes (10 jours de pluie/neige en juillet 2014) et cela rend l’itinéraire beaucoup plus laborieux ! Bonne route…

  • Répondre
    veronique
    6 décembre 2015

    bonjour je voudrais faire une partie du gr20 durant 5 jours quelles etapes me conseillez vous ? quelles etapes et lieux sont vraiment incontournables ?

    • Répondre
      celine Auteur
      7 décembre 2015

      Pour 5 jours, je conseille de partir de Vizzavona et de remonter vers le nord jusque Ascu. Les paysages sont les plus alpins et variés du GR et comment passer à côté du fameux cirque de la solitude ? Seul regret, tu n’auras pas le plaisir de l’arrivée dans la mer

  • Répondre
    Emilie
    7 février 2017

    Bonjour! Merci pour votre témoignage. Savez-vous combien de temps à l’avance il faut s’y prendre pour réserver les refuges sur le GR 20? (nous comptons partir au mois d’aout…)

    • Répondre
      celine Auteur
      7 février 2017

      Je suis partie en Juin avec ma tente et n’avais donc réservé aucun refuge à l’avance.
      Par contre, au mois d’Aout, le GR20 est victime de son succès et je vous conseille de réserver 3 mois à l’avance ! Un autre conseil, si possible partez en Juin ou septembre

Laisser un commentaire

CommentLuv badge