Écotourisme en Guyane, 10 raisons de dormir suspendu dans un carbet

L’écotourisme en Guyane apparait comme une évidence, grâce à un territoire constitué à plus de 95% d’une forêt équatoriale parmi les plus riches du Monde, des ressources naturelles encore inexplorées et un riche patrimoine culturel nécessitant d’être préservé. Dans cet environnement exceptionnel, le visiteur tente de se faire le plus discret possible pour se fondre avec les éléments et observer la nature. Le carbet, construction légère en bois, est alors l’hébergement le mieux adapté. En Guyane, vous n’y échapperez pas mais vous ne le regretterez pas non plus !

ligne de separation

Écotourisme en Guyane
Fiche Pratique

.
• On part quand ?
en saison sèche pour éviter les pluies (mi-juillet à décembre), mais aussi en février/mars pour le carnaval ou à partir d’avril pour assister à la ponte des tortues

.
• On a besoin de quoi ?
⇒ une carte d’identité et un vaccin contre la fièvre jaune (obligatoire), à réaliser plus de 10 jours avant l’embarquement. Le traitement anti-paludique est également nécessaire pour les séjours sur les fleuves des communes de l’intérieur,
⇒ un répulsif contre les moustiques, des habits longs, une lampe frontale, des chaussures de marche et une paire de tongs.

.
• On se déplace comment ?
⇒ en taxi-collectifs ou voitures de location sur le littoral (4*4 conseillé en saison des pluies). De nombreuses agences de location se trouvent à Cayenne et le meilleur prix se déniche facilement grâce à un comparateur tel que EasyTerra
,
⇒ en pirogue ou en avion (Maripasoula, Saul, Grand Santi) pour explorer l’intérieur du territoire.
.
• On choisit son carbet comment ?
En fonction de son emplacement et des services proposés. Pour trouver le carbet de ses rêves, rendez-vous sur le site escapade-carbet.
.

.ligne de separation

Écotourisme en Guyane
10 raisons de dormir suspendu en carbet

ligne de separation

Raison 1
p
our s’évader au plus près de la nature

C’est probablement la plus grande richesse de la Guyane : une nature généreuse et omniprésente qui ne demande qu’à être explorée, avec prudence et respect. En réalité, nul besoin de s’évader bien loin pour en profiter. La forêt est présente partout et on croise régulièrement singes, paresseux, agoutis, colibris, lézards et margouillats sur les sentiers de randonnée du littoral, sans oublier les milliers d’espèces d’insectes…

ecotourisme en guyane randonnee

Mais la découverte de la nature ne saurait être complète sans y passer la nuit. L’ambiance est alors toute autre et les bruits se transforment en véritable concert animalier. Les oiseaux, chauve-souris et amphibiens rythment la cadence, accompagnés des sauterelles, des cigales ou encore des singes hurleurs. On s’amuse à reconnaître les cris de chacun (chant trysillabique, c’est le paypayo…), peut-être un peu aussi pour se rassurer !

A retrouver également sur le blog
Îlet La  Mère, rencontre avec les saïmiris au large de Cayenne

ligne de separation

Raison 2
pour dormir de façon traditionnelle

D’origine amérindienne, le mot « carbet » désigne des constructions légères et éphémères conçues en bois permettant d’obtenir un espace à la fois ouvert et protégé du soleil et de la pluie. La carbet traditionnel, encore utilisé comme lieu d’habitation par une partie de la population guyanaise, relève d’un savoir-faire remarquable et riche d’enseignement. Respecter les lieux, choisir des matériaux naturels et biodégradables, occuper le site  de façon éphémère… autant de concepts durables que les amérindiens appliquent depuis plusieurs siècles.

ecotourisme en guyane carbet colibri

Le carbet s’apparente aujourd’hui pour beaucoup aux cabanes aménagées dans la forêt afin d’offrir aux visiteurs un hébergement insolite pour le week-end ou les vacances. Malgré leur utilisation touristique, ils conservent pour la plupart un charme indéniable dans une démarche de promotion de l’écotourisme en Guyane, respectueuse de l’environnement.

ligne de separation

Raison 3
parce que ce n’est pas si inconfortable que ça

Un bon hamac vaut mieux qu’un mauvais lit !
Adapté au climat, facile à installer et à emporter avec soi, le hamac est en Guyane un véritable mode de vie. S’il est parfaitement confortable pour la sieste, bien y dormir la nuit demande un peu de pratique… Le secret réside dans la position à adopter, idéalement sur le dos et en travers du tissu pour être le plus horizontal possible. Pour ma part, je continue d’y dormir en chien de fusil, hamac bien tendu, en m’aidant d’un oreiller pour me caler et d’un duvet en cas de fraîcheur nocturne. Pour rassurer les plus sceptiques, sachez qu’il est quasiment impossible de chuter du hamac une fois installé dedans, surtout s’il est équipé d’une moustiquaire.  Les chutes n’ont lieu qu’à la montée ou la descente 😉 . Autres avantages du hamac : il est respirant, limite l’accumulation d’acariens et protège des petites bêtes rampantes.

ecotourisme en guyane wapalodge

Le carbet n’est jamais totalement fermé mais peut être équipé de balustrades ou de stores enrouleurs pour plus d’intimité. Il peut-être disposé sur pilotis et n’est jamais très loin du carbet principal, dédié au repas et moments de détente en collectivité. La plupart des carbets de tourisme (le carbet bâche, c’est une autre histoire…) sont équipés de toilette, de douches (pas toujours chaudes) et de prises électriques. Quant au réseau teléphonique, cela dépend de l’emplacement du carbet, mais on s’en passe finalement très bien.

ligne de separation

Raison 4
parce que c’est écologique

Dans les carbets, les infrastructures sont limitées à l’essentiel : un ou plusieurs abris en bois pour suspendre les hamacs et dormir, un autre pour la cuisine et les repas. La plupart du temps isolés, ils ne disposent ni d’eau courante ni d’électricité à volonté. Les propriétaires ne manquent néanmoins pas d’inventivité : l‘eau filtrée provient des rivières (ici, on dit criques) environnantes ou de la pluie et le soleil permet de produire l’électricité et l’eau chaude nécessaire aux visiteurs, invités néanmoins à réduire leur consommation.

ecotourisme en guyane carbet wapalodgePour accéder au carbet dans une logique d’écotourisme en Guyane, on privilégie le canoë ou la pirogue à la piste, et si on ne peut faire autrement, on pense au covoiturage (vous verrez, à plusieurs, c’est encore mieux).

ligne de separation

Raison 5
par
ce qu’il n’y a pas forcément le choix

Plus l’on s’éloigne de la bande côtière, plus les hôtels classiques et gîtes se font rares. Pour explorer l’intérieur des terres ainsi qu’en pays amérindien et bushinengué, il n’y a pas d’autre choix que les carbets. Il en existe pour tous les goûts et les récalcitrants au hamac seront rassurés d’apprendre que certains proposent des lits.

ligne de separation

Raison 6
pour partir à l’aventure

Explorer la forêt à pieds ou les criques en canoë, accoster au gré des pontons à la découverte d’autres sentiers ou carbets, tenter de cueillir ou pêcher les ingrédients du déjeuner,  admirer la faune et la flore amazonienne, installer son hamac pour la nuit… la vie en carbet est pour la plupart d’entre nous une véritable aventure, faisant rejaillir notre âme d’enfant. Qui n’a jamais rêvé de se glisser dans la peau de Crocodile Dundee, d’Indiana Jones ou encore de Benjamin Gates (à chaque génération, son héros) ? L’écotourisme en Guyane permet de réaliser ce rêve !

ecotourisme en guyane enfants

Alors, oui, la forêt amazonienne présente davantage de risques que celle des Landes mais quelques règles de sécurité permettent d’éviter les désagréments : ne pas s’écarter des sentiers sans guide, sonder le fond des criques avant d’y mettre le pied et de façon générale, toujours regarder où l’on met les pieds et les mains (certains végétaux sont plus piquants que les animaux), lever la tête de temps en temps pour se prémunir des chutes d’arbres et demander conseils aux locaux avant d’emprunter les sentiers ou explorer les criques. Le niveau des rivières fluctuent tout au long de la journée, il serait dommage de rester enlisé à quelques kilomètres du campement 😉 .

ligne de separation

Raison 7
parce que les enfants vont adorer

Passer quelques jours en carbet, c’est la certitude de passer un bon moment en famille, quel que soit l’âge des enfants. L’aventure, eux, ils adorent, et c’est l’occasion pour les plus grands de profiter de leur merveilleuse faculté à s’émerveiller de tout.

ecotourisme en guyane canoes

Il faut néanmoins gérer les angoisses des plus petits, qui ont la fâcheuse tendance à calquer celles des parents. On reste donc zen en toute circonstance, les enfants le seront aussi (méthode testée et approuvée). Pour les ados qui n’aiment déjà plus marcher, on opte pour un carbet proposant d’autres activités, sportives (canoé, équitation, vélo…), ludiques (baignade, pêche, tressage de feuilles de palmier, découverte des plantes médicinales…) ou relaxantes (massage). Il y en a pour tous les goûts !

ligne de separation

Raison 8
pour faire de belles rencontres

Les escapades en carbet restent souvent inoubliables, que l’on y aille entre amis, en famille et même tout seul. Y aller entre amis, c’est la certitude d’en revenir avec des souvenirs insolites et amusants et des liens plus forts  (sinon, ce ne sont pas vraiment des amis 😉 ). Y aller seul donne l’occasion de faire de nouvelles rencontres, notamment à l’heure de l’apéro où les languent se délient.
Les belles rencontres, ce sont aussi les propriétaires et animateurs des carbets. Ils ont tous des anecdotes enrichissantes à raconter et des expériences à partager, avec passion et générosité.

ecotourisme en guyane crique cacao

ligne de separation

Raison 9
parce que c’est économique (ou pas)

A l’inverse de certaines régions ou pays qui mettent en avant leur richesse naturelle pour attirer un tourisme de luxe, l’écotourisme en Guyane est accessible à tous. On peut passer la nuit dans un carbet touristique à partir de 20€. A ce tarif, il est nécessaire d’emporter son matériel personnel de couchage (hamac, cordes, moustiquaire) ainsi que sa nourriture. On privilégie alors un carbet équipé d’une cuisine avec frigo, gazinière et vaisselle à disposition.
Le prix varie ensuite en fonction de l’emplacement du carbet et des services proposés. Un accès en pirogue a nécessairement un coût ainsi que la restauration et les activités sur site. Tout compris, le séjour de 2 jours et 1 nuit peut atteindre 100€ par personne, voir plus pour les carbets d’exception.

ligne de separation

Raison 10
pour fuir les moustiques

Aussi étrange que cela puisse paraître, les moustiques sont plus rares en forêt et le long des fleuves qu’à proximité des zones d’habitation. La plupart du temps, on est moins contrarié par ses créatures  avides de sang frais en carbet que dans son jardin ! Attention, je n’ai pas dit qu’il n’y en avait pas du tout en forêt : avec plus de 220 espèces différentes présentes en Guyane,  il est quasi impossible de leur échapper. Mais en adoptant les mêmes précautions qu’ailleurs (vêtements longs, répulsifs et moustiquaire), on s’en sort très bien.
A défaut de moustiques, on croise plus facilement en carbet des mygales, des serpents, des scorpions ou encore des chauve-souris vampire, mais ils sont en réalité très discrets et présentent peu de risque. Par prudence, en plus de regarder où l’on marche et où l’on met les mains, on suspend les sacs à dos, on vérifie à l’intérieur des chaussures avant de les enfiler et on dort sous moustiquaire.

Pour poursuivre l’aventure : tous les articles sur la Guyane et l’Outre-Mer du blog.

A propos de l'auteur  ⁄ celine

Auteur du blog Globetrekkeuse, 100% nature, je parcours les sentiers du monde à la decouverte des merveilles de la nature, et les partage dans l'espoir de donner à tous l'envie de la préserver. Rejoignez-moi également sur Facebook.

5 Commentaires

  • Répondre
    14 janvier 2020

    J’adore les voyages en pleine nature, j’aimerais bien dormir dans une tente au lieu de chambres d’hôtel. Votre article avec les images associées donne vraiment envie de tenter l’aventure.
    Aissa Articles récents…Les bons conseils pour améliorer l’isolation de sa maisonMy Profile

  • Répondre
    So
    14 janvier 2020

    Bonjour
    Pourriez vous nous préciser dans quel carbet on été prises vos photos svp ? Solene

    • Répondre
      celine Auteur
      14 janvier 2020

      Dans l’ordre d’apparition dans le texte, carbet Colibri sur le fleuve Orapu (Roura) et Wapa Lodge sur le fleuve Cariacou (Kourou).

  • Répondre
    Caroline
    12 février 2020

    Un grand merci de ce blog inspirant!

    • Répondre
      celine Auteur
      12 février 2020

      Merci Caroline. Voici le genre de message qui motive chaque jour un peu plus 😉

CommentLuv badge